Les acrobates ouvrent leur chapiteau au public

  • 0

Les acrobates ouvrent leur chapiteau au public

La compagnie de cirque Un Loup pour l’homme, est en résidence jusqu’au 23 novembre dans la commune. Une restitution publique se fera dimanche 20 novembre, à 16 h.

L’événement

Un Loup pour l’homme est en résidence jusqu’au 23 novembre dans la commune. La compagnie de cirque a été fondée en 2005, à Lille. Les artistes, tous issus de l’école du cirque, sont Français, Slovène, Suisse, Néerlandais, Belge… Ils se retrouvent dans la commune pendant trois semaines. Il s’agit de leur 7e période de travail depuis un an sur cette création. Il leur en restera encore deux avant la première représentation prévue le 23 mars, à Cherbourg.

« Toucher des publics différents »

L’association Rue des arts les accueille dans le cadre d’une résidence, organisée en partenariat avec la Direction régionale des affaires culturelles (Drac). Elle assure toute la logistique, y compris les repas, pour lesquels une cuisine a été improvisée sous tente et un cuisinier embauché sous contrat. Les artistes ont à leur disposition les sanitaires de la salle des sports. « On est super-content d’être à Moulins car il y a, ici, dans cet accueil, une dimension humaine de village .C’est essentiel » , souligne Alexandre Fray, acrobate et directeur artistique de la compagnie. Son fils Marius s’est aussi fait des copains à l’école. Entre les séances de répétition, des actions de médiation culturelle sont programmées cette semaine avec les écoliers de la commune, dans le cadre des temps d’activités périscolaires (TAP). Cela commencera lundi 21 novembre avec les élèves du lycée Jean-Marie-Lamennais de Retiers. Le public, lui, est invité à venir rencontrer la compagnie et découvrir cette nouvelle étape de leur création, la veille, dimanche 20 novembre. « Notre but est d’aller à la rencontre des gens, de toucher des publics différents, qui ne vont pas forcément dans les théâtres, ajoute Alexandre Fray. Le but est d’être le plus autonome possible dans cette démarche. » Une aventure collective qui se joue aussi sur scène, entre les artistes et avec le public où l’acrobatie s’avère déterminante : « C’est notre langage, notre outil d’expression que nous mettons au service d’une sensibilité. » C’est le sens de leur création en cours, Rares birds, qui raconte cette quête d’équilibre les uns par rapport aux autres, jusqu’à explorer, avec virtuosité et poésie, les limites du possible et, pourquoi pas, de voler.

Dimanche 20 novembre

, 16 h, sur le pré, restitution publique suivie d’un échange avec la compagnie. Tout public. Gratuit. Contact : www.desarticule.fr


Leave a Reply

Abonnez-vous à notre newsletter

Rechercher